Membres | Post-doctorants

Benjamin BOTHEREAU

Post-doctorant (avec contrat) - Membre associé
Institution(s) de rattachement : EHESS
Equipe(s) : GRHEN

Coordonnées professionnelles

EHESS-CRH
GRHEN (Bureau A4-18)
54, boulevard Raspail
75006 Paris

bbothere[at]gmail.com

Présentation personnelle

Benjamin BOTHEREAUest docteur en histoire « Sciences, techniques, savoirs : histoire et société » (2018), diplômé de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris (contrat HESAM Université), après un cursus au Centre Alexandre Koyré. Sa thèse, soutenue en 2018, et codirigée par Liliane Hilaire Pérez (EHESS) et Antoni Roca-Rosell (Chaire Unesco Technology&Culture-UPC Barcelona) A la lanterne ! Modes d’existence d’un objet banal, entre imaginaire technique et politique, Paris, Barcelone, 18e siècle  porte sur une biographie d’un objet technique – la lanterne publique - dans le cadre d’une histoire transnationale de l’éclairage urbain, et a reçu une mention spéciale au Prix Paris Sorbonne Lettres (PSL) 2019 en Humanités. Il est également ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon (2011) et a travaillé comme ingénieur consultant pour l’éclairage public de Paris et Barcelone. Il intègre à la rentrée 2019 un postdoc au CRH (équipe GRHEN) sur le projet ANR FluidGov piloté par Raphaël Morera qui regroupe une équipe internationale (Inde-Suisse-France) pour une étude comparée des relations Fleuves-Sociétés (Rhône et Gange) sur le long terme (17e -21e s.). Il travaillera plus précisément à l’analyse des régimes hydrosociaux du bas-Rhône au 18e s., lui permettant d’élargir son spectre de recherche à l’étude environnementale, basculant ses études des intéractions infrastructures-sociétés d’un contexte urbain (parc d’éclairage public) à un contexte rural (gestion des digues et cours d’eau).

 

Titres et fonctions

2019 : Postdoc au CRH, groupe GRHEN.  Projet ANR FluidGov. Relations Fleuves-Société. Etude des régimes hydro-sociaux du bas-Rhône, XVIIIe siècle.

2018 : Docteur en histoire, « Sciences, techniques, savoirs : histoire et société ». EHESS Paris. Centre Alexandre Koyré et Chaire Unesco Technology&Culture-UPC Barcelona (contrat HESAM Université)

Thèse :À la lanterne ! Modes d’existence d’un objet banal, entre imaginaire technique et politique. Invention, économie urbaine, publics et circulations du «réverbère», Paris, Barcelone, XVIIIes.

 

2011 : Ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon. 

Qualifié aux sections CNU 22 « Histoire et civilisations », 72 « Epistémologie, histoire des sciences et des techniques »et 24 « Aménagement de l'espace, urbanisme » (2019).

 

Thèmes de Recherches

  • Histoire de l’éclairage public ;
  • Histoire des sciences et techniques ;
  • Histoire urbaine  ;
  • Villes et savoirs ;
  • Imaginaire technique et politique  ;
  • Histoire transnationale France-Espagne ;
  • Culture matérielle  ;
  • Histoire environnementale.

Parcours professionnel

2019. Postdoc au CRH

2018-2019 : Contrat de recherche pour le Musée du Petit Palais de Genève : « Gare Saint Lazare, infrastructures et mobilier urbains parisiens dans les peintures de Gustave Caillebotte :  technique et symbole ».  Composante historienne de l’équipe franco-italienne. Exposition Impressionism in the Age of Industry (AGO, Toronto) et catalogue d’exposition.        

2014-2018 : doctorat EHESS au Centre Alexandre Koyré (contrat HESAM Université)

Thèse soutenue le 6 décembre 2018, sous la direction de Liliane Hilaire-Pérez (EHESS, CAK) et Antoni Roca-Rosell (Universitat Politècnica de Catalunya, chaire UNESCO Technology & Culture).

2011-2012 : ingénieur consultant pour l’éclairage public de Paris (EVESA)

2010-2011 : ingénieur consultant pour l’éclairage public de Barcelone (CITELUM Iberica)

Distinctions

·         Prix de thèse PSL (Paris-Sciences-et-Lettres) SHS 2019, catégorie « Humanités », mention spéciale.

·         Bourse du Comité d’histoire de l’électricité et de l’énergie, fondation EDF (2014-2016).

Enseignements

Professeur Moniteur avec Mission d’enseignement 192h, UFR GHES Paris Diderot Paris 7. (2014-2017) :

  • « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, XVe-XVIIIe s. », master MEEF préparation au CAPES, Paris Sorbonne.
  • « Savants, Inventeurs et Ingénieurs en Europe, du Moyen Age au XIXe s. »
  • « Introduction au traitement informatisé des données historiques. Initiation à l’histoire économique, sociale et politique de la France contemporaine »
  • « Histoire politique et culturelle de l’époque moderne en Europe »
  • « Science, Technologie, Société : l’ingénieur au fil de l’histoire », UE 43HU05HG, M1 à l’EIDD, école d’ingénieur de Paris Diderot.

Publications

Articles dans des revues à comité de lecture

·         « Jeux de lumières et d’obscurités de la lanterne publique : entre renforcements sécuritaires, extinctions par économie et limites des innovations techniques, (Paris, Barcelone, XVIIIsiècle) », Journal of Energy History (JEHRHE) n°2, special issue « Light(s) and darkness(es) » , avril 2019

·         « Technical & symbolic representations of public lighting : dual narratives & mises en scène of the street lantern in eighteenth century Paris », Technology & Culture, special issue of 2016 SHOT Congress panel (à paraître octobre 2020)

·         « Une biographie de l’innovation de la lanterne à réverbères : gestion collective de l’innovation, script technique et réticulation spatiale de l’artifice, contre une hagiographie de l’inventeur », Technologie et innovation, Technology and innovation, numéro spécial « Les biographies d’innovation comme vecteur de développement de la culture technique » (à paraître printemps 2020)

·         « Adaptations et résistances au mode d’éclairage public parisien : les traductions différenciées de Barcelone et Madrid », Quaderns  d’Historia  de  l’Enginyeria, (à paraître courant 2020)

Ouvrage collectif

·         Publication des actes du colloque de la Société des Arts de Genève « Produire du Nouveau ? Arts – Techniques – Sciences en Europe (1400-1900) » (à paraître courant 2019).

·         « Rationalisation des discours et pratiques de la nouveauté: la lanterne 'à réverbères' au Concours Sartine, Paris, 1763-1766 ».

Recension

·         Compte-rendu de Stéphanie Le Gallic, Lumières publicitaires. Paris, Londres, New-York, Paris, CTHS, 2019 in Artefact, N°11

Communications

·         Journées Jeunes Chercheurs en histoire des sciences et des techniques de la SFHST, Paris 7, Paris, 23-24 novembre 2018. Communication : « À la lanterne ! Modes d’existence d’un objet banal ».

·         Society for Social Studies of Science (4S), conférence annuelle. « Trans-STS », Sydney, Australie, 29 aout -1er septembre 2018.   Organisateur du panel « Infrastructure, worlding and knowledge »,  Communication :  «Trans-scale & transnational study of street-lighting. From the city to the domestic space : governance, resistance, France, Spain ».

·         International conference on the urban night : Governance, Diversity, Mobility (Sofia University, Cosmopolis Centre for Urban Research, Vrije Universiteit Brussel), Sofia, Bulgarie, 7-8 juin 2018. « Public lighting and its imaginary: resistance and destruction in late 18th-19th century Paris and Barcelona ».

·         Colloque de la Société des Arts de Genève « Produire du Nouveau ? Arts – Techniques – Sciences en Europe (1400-1900) », 23-25 novembre 2017, Genève. « Rationalisation des discours et pratiques de la nouveauté des réverbères : Concours Sartine, presse d'annonces techniques, Paris, 1740-1770 ».

·         Congrès de l’ICHST (25th International Congress of History of Science and Technology), Rio de Janeiro, Brésil, 23-29 juillet 2017. « Public lighting technology. From the local to the global :circulation and mediation of the 'lanterne à réverbères' knowledge and know-how (France, Spain, 1744-1773) ».

·         Congrès BSHS Postgraduate conference European University Florence, Italie, 5-7 Avril 2017, présentation de la thèse.

·         Congrès SHOT (Society for the History Of Technology) Singapour, 22-26 juin 2016. Session : « Patenting, promoting and politicizing new technologies: invention, innovation and    ubiquitous know-how in 18th century France and Britain » . «The imaginary and technology: Public lighting representations in 18th century Paris».

·         Finale du Prix CILAC Jeunes Chercheurs 2015 en patrimoine industriel scientifique et technique, Société Encouragement de l’Industrie Nationale, Hôtel de l’Industrie, Paris, 17 décembre 2015.

 

Résumé de la thèse de doctorat :

Si l’expression « les aristocrates à la lanterne ! » nous est connue, comment cet objet banalisé, a priori trivial, a-t-il gagné un si grand potentiel symbolique à la fin du XVIIIe siècle ? Notre culture a en effet banalisé la lanterne publique, objet technique du quotidien urbain. La lanterne devient ainsi invisible : l’oubli s’attache à tout objet technique, le signe du succès d’une innovation et de sa diffusion dans la société étant que l’objet lui-même se fait oublier et devient une boîte noire dont l’existence se réduit à ses fonctions utilitaires. Or, à la fin du XVIIIe siècle, la lanterne devient un véritable leitmotiv visuel et sémantique révolutionnaire. Innovation technique pour l’éclairage public au XVIIIe siècle, la lanterne « à réverbères » optimise l’intensité lumineuse en utilisant des artifices, les réflecteurs métalliques concaves (réverbères), afin de rationaliser le chemin optique. Si l’historiographie s’est focalisée sur la lampe d’Argand, nous avons construit notre étude autour du réflecteur, moins noble et peu valorisé. L’émergence de la nouvelle technique est intrinsèquement accompagnée de discours, d´images et de mythes qui structurent son imaginaire.
D’une part, nous nous sommes intéressés aux processus de circulation et de traduction des techniques d’éclairage entre la France et l’Espagne, en mettant en valeur des passeurs restés dans l’ombre et une implantation première du réverbère d’un inventeur français en Espagne et ce, vingt ans avant sa redécouverte en France pour le Concours d’éclairage.
D'autre part, nous avons porté notre attention sur la participation de la sphère publique aussi bien dans la construction des savoirs de l’éclairage public que dans la réappropriation de son imaginaire politique. Ainsi, nous avons exposé le paradoxe de la lanterne, basculant du double imaginaire de l’administration monarchique et du contrôle policier parisien– ou militaire barcelonais – à l’emblème révolutionnaire, premièrement lors de la révolte barcelonaise de 1773 (l’avalot de las quintes), puis lors de la révolution française de 1789.
Fidèle à une méthode « au ras de l’objet », nous avons fait dialoguer ses fonctions symboliques avec son schème technique, pour faire ressortir les résonances – ou les déphasages– de l’imaginaire politique dans la matérialité. Nous avons ainsi souhaité redonner de l’épaisseur à la lanterne publique, afin de retrouver son sens humain et comprendre son empreinte dans la culture.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

GRHEN

EHESS-CRH

190-198 avenue de France
75013 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 74
Fax : +33(0)1 49 54 23 99

Dernière modification :
26/11/2019