Actualités scientifiques |

(2021-2022) Exposition Renaissances

MàJ : 30/08/2021

(2021-2022) Exposition Renaissances

Sebastian Grevsmühl fait partie du comité scientifique de l'exposition Renaissances à découvrir du 6 juillet 2021 au 6 mars 2022 à la cité des Sciences et de l'Industrie.

Pour visiter l'exposition

Sebastian Grevsmühl a répondu à quelques questions pour la constitution du dossier de presse. L'échange est à retrouver ci-dessous :

 

→ Quelle partie de l’exposition vous a particulièrement touché ?


J’ai été particulièrement sensible à la question des imaginaires, notamment ceux liés à la forêt. Elle occupe une place centrale en histoire environnementale, à travers la gestion, au cours de l’histoire, d’une ressource renouvelable et le contrôle plus ou moins strict de son accès par l’État, ou à travers son lien important avec le cycle de l’eau et les conséquences potentiellement désastreuses de la déforestation sur le climat, notamment dans les contextes coloniaux.
Dans l’exposition, on voit cependant apparaître une autre fonction importante de la forêt qui est celle d’un lieu idéal de la survie humaine.
Certains y voient bien sûr le besoin (souvent inconscient) d’une « reconnexion » avec la nature et le monde sauvage. Celle-ci constitue d’ailleurs pour de nombreux scientifiques l’une des conditions clé pour trouver des solutions à la crise environnementale. La forêt est donc ce lieu géographique où se rencontrent les idées de gestion, de contrôle et de maîtrise environnementale, de survie humaine, mais aussi d’un soi-disant « retour » à la nature. Bref un carrefour d’imaginaires qui pointent non seulement vers l’avenir mais aussi vers l’advenir de l’espèce humaine.


→ En tant qu’historien des sciences, pourriez-vous expliciter l’importance de l’étude du passé et du présent pour comprendre les enjeux du futur?


Le passé nous apprend surtout que nous ne sommes pas entrés de façon aveugle dans la crise environnementale actuelle. Autrement dit, nos craintes héritent de plusieurs siècles de « réflexivités environnementales », c’est-à-dire de sensibilités, dans le passé, pour les conditions environnementales et cela non seulement à une échelle très locale mais bien souvent aussi à l’échelle d’un pays, d’un royaume, d’un empire et parfois même de la planète. Par cela, l’histoire permet aussi d’éclairer les enjeux politiques qui nous ont conduits justement aux constats actuels. Ainsi, soulever la question de la sensibilité environnementale dans un temps long permet de re-politiser les débats sur des concepts surplombants tels que l’Anthropocène, de montrer que le monde est fait de choix économiques, techniques et politiques et de mieux comprendre comment ces choix façonnent parfois durablement notre monde ainsi que nos capacités d’agir dans le futur.


→ D’après vous, quel message retiendra le public de sa visite ?


Le public sortira de l’exposition enrichi d’une expérience qui résulte de la mise en contexte et en dialogue de phénomènes sociaux tels que le « survivalisme » ou l’engouement pour la narration de l’effondrement avec d’autres débats d’actualité et d’envergure cruciale, notamment sur un plan scientifique, tels que l’Anthropocène. L’une des grandes forces de l’exposition est de proposer des imaginaires et des solutions très concrètes qui peuvent guider les visiteurs, dans leurs choix de tous les jours, pour aspirer à un avenir que l’on pourrait qualifier de plus paisible et peut-être même de plus équitable.


→ Si vous deviez qualifier en un mot l’exposition, quel serait-il ?


Imaginaires – je pense que c’est le mot qui décrit le mieux l’exposition puisque l’enjeu est précisément cela : comment se saisir de nos imaginaires et surtout, comment nous doter de nouveaux imaginaires pour affronter la crise environnementale en cours ?

ehess2
cnrs2

flux rss  Actualités

Le papier, entre histoire et patrimoine industriel

Journée(s) d'étude - Jeudi 9 décembre 2021 - 10:00PrésentationCes deux journées, voulues en hommage à Louis André, trop tôt parti, évoqueront son itinéraire professionnel : ses premiers pas dans le patrimoine de la métallurgie, son passage marquant au musée des Arts et Métiers, ses recherches brillantes sur l'histoire de la papeterie. Il eut un rôle très important dans l'étude du patrimoine industriel et comme secrétaire général du CILAC, toujours très investi dans le milieu associatif, ce d(...)

- Lire la suite

GRHEN

EHESS-CRH

54 Boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 24 42
ou : +33 (0)1 49 54 25 56
 

Dernière modification :
06/12/2021